Jeanne Janyk

Charte déontologique

1 / Cadre de l’activité de consultant :

Le consultant en éducation et relations humaines aide l’individu à se développer en tant que personne. Son accompagnement veille à préserver l’intégrité de la personne en évolution en lui offrant les protections nécessaires à sa croissance psychologique et sociale.

2 / Valeurs :

Le consultant adhère aux valeurs fondamentales suivantes :

• Respect de chaque personne dans son individualité.
• Partage et transmissions des savoirs et savoir-faire en dehors de tout dogmatisme.
• Adhésion à l’idée que chacun a la possibilité et les ressources pour changer .
• Laïcité et refus de tout prosélytisme
• Travail en coopération.

3 / Règles :

• Respect de la loi
• Lorsqu’il s’agit de mineurs, l’accompagnement proposé ne se pose en alternative ni à l’éducation des parents ni à l’école mais se fait dans le respect des choix des parents et du travail des enseignants. L’autorisation des parents est nécessaire.
• Une obligation de réserve s’impose au consultant et couvre tout ce qui est dit. Toutefois, la réserve du consultant est levée lorsqu’il y a risque de non assistance à personne en danger, conformément à la loi.
• Le consultant accompagne les clients dans leur progression selon une relation contractuelle (objectifs à atteindre, critères de vérification, implications financières et temporelles, décision bilatérale).
• Le consultant est responsable en son nom propre de ses paroles, de ses actes, des documents qu’il utilise.

4 / Devoirs :

Le consultant a le devoir de perfectionner ses connaissances, sa pédagogie et de recourir à la supervision si nécessaire.

5 / Contrat :

On peut le définir selon les critères suivants :

• Consentement mutuel.
• Obligation réciproque d’implication.
• Respect de la loi.
• Respect de la confidentialité.

 

Le secret professionnel protège la vie privée et sa violation coûte cher (1 an de prison et 15000 euros d’amende). Il peut être levé dans 3 cas : sévices ou privation sur mineur ou personne vulnérable ; violences sexuelles si la victime en donne l’autorisation et lorsqu’un individu détenant une arme à feu ou ayant manifesté l’intention d’en acquérir présente un caractère dangereux pour lui-même ou pour autrui. Pour les mineurs de moins de 15 ans, le signalement de mauvais traitements est obligatoire.
Contacter Jeanne